Pape et capote : un « oui »…

by SF

«Dans certains cas», le préservatif peut être un moindre mal, a pour sa part répondu Benoît XVI dans un livre d’entretiens avec un journaliste allemand, Lumière du monde, qui sortira en Italie (le 3 décembre en France chez Bayard). Mais l’Osservatore romano, le quotidien du Vatican, a déjà publié de larges extraits confirmant que, pour la première fois, un souverain pontife envisageait le recours au préservatif «quand l’intention est de réduire le risque de contamination» du sida. Dans ce contexte, «cela peut être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine». Et Joseph Ratzinger de citer un exemple : «Il peut y avoir des cas individuels, comme quand un homme prostitué [une femme prostituée dans la version italienne, ndlr] utilise un préservatif, où cela peut être un premier pas vers une moralisation, un début de responsabilité

En mars 2009, lors d’un voyage en Afrique, il avait été jusqu’à soutenir que le préservatif «aggravait» le problème du sida. ( !)

Le Vatican a annoncé (eh ben…) qu’une directive sera adressée à tous les évêques pour leur fournir «un programme efficace» de lutte contre la pédophilie, (ils sont si peu les pédos en église ho-ho-ho).